Festival de danse et des arts multiples de Marseille

Depuis sa création en 1996, le Festival de Marseille a relevé bien des défis. Le premier, et non des moindres, a été de sortir de terre. Et de pousser son premier cri. Ce fut Concert pour un marin à terre du jeune prodige de la guitare, Vicente Amigo, d’après l’œuvre du grand poète andalou Rafael Alberti. C’était un 4 juillet. Jour d’indépendance outre-Atlantique.

À cette époque, il se dote d’un emblème : celui de l’enfant roi, jouissant pleinement de sa liberté, le petit plongeur de Paestum. Serait-il le fils naturel d’un marin venu d’Asie Mineure, Protis, et de Gyptis, la belle Ligure ? La légende ne le dit pas… Mais l’enfant est à l’image de la cité phocéenne : métis.

Des rives du Prado aux pierres roses de la Vieille Charité, du Vieux-Port à la Sucrière, du Port autonome à la Salle Vallier, le Festival de Marseille se diffracte dans la ville et fait l’apprentissage de la vie. Les bras ouverts de la ville mère le protègent, sans rien lui cacher des dangers du ressac qui vient frapper les côtes.

Comme toutes les villes ports, Marseille se tient tendue entre terre et mer, surveille les hauts fonds tout en guettant les bruits qui viennent de l’intérieur. Et si elle aime, c’est toujours en état de veille, à l’affût, dans un combat permanent pour se tenir droite mais ouverte sur le monde, pour offrir à tous une parcelle de terreau commun.Soif de découverte. Le Festival construit son histoire et, chaque année, embarque avec des artistes et un public de plus en plus nombreux. Un long voyage vient de commencer.

Site Internet : http://festivaldemarseille.com