L’appel du large

Les ports en Provence

Dès l’époque phénicienne, les ports ont façonné l’histoire et la civilisation méditerranéennes. Aujourd’hui, beaucoup des anciens comptoirs phocéens ont perdu leur vocation commerciale pour se consacrer à la plaisance. Mais ces ports, tous différents, restent l’âme des stations qui les abritent. Tour d’horizon.

Dans Le Var

Une station mythique : Saint-Tropez

Dominé par une citadelle du XVIème siècle, ce petit port de pêche pittoresque, qui fit le bonheur des peintres, est brusquement devenu une des stations les plus à la mode grâce à Brigitte Bardot. Dès l’arrivée des beaux jours, le blanc des coques de luxueux yachts s’associe aux ocres des façades et au bleu du ciel et de la mer pour un spectacle haut en couleurs que les vacanciers savourent des terrasses de cafés. Sa vie nocturne et ses plages comme celle de Pampelone ou de Tahiti ont fait sa renommée. Mais une fois quitté le quartier du port, les petites ruelles bordées de vieilles maisons respirent le calme et leur charme d’antan. Le musée de l’Annonciade, installé dans une chapelle datant de 1568, est un des temples de l’art moderne.

⊗ Site de l’Office de tourisme : sainttropeztourisme.com

Toulon

Port d’attache de la Force d’Action Navale, Toulon est aussi le berceau de la navigation sous-marine et a vu la mise au point des armements et des équipements les plus performants. Mais le grand port du Levant a su conserver des vocations multiples : la pêche, la navigation commerciale avec ses lignes sur la Corse et la Sardaigne et la navigation de plaisance. Avec plus de 100000 immatriculations, la Direction départementale des affaires maritimes installée à Toulon est d’ailleurs la première de France pour la navigation de plaisance. Une escale recherchée, synonyme d’évasion pour ceux qui restent à quai.

⊗ Site de l’Office de tourisme : toulontourisme.com

HYÈRES

Avec sa rade protégée du mistral, le port d’Hyères est un des plus actifs de la côte varoise grâce à ses 1350 places dont 120 réservées aux bateaux de passage. Un va et vient incessant que l’on peut observer de l’une des nombreuses terrasses qui bordent le quai. Il accueille les entraînements de l’équipe de France et de nombreuses régates l’animent tout au long de l’année. Ambiance sportive et familiale.

  • Port Saint-Pierre
  • Port du Niel
  • La Capte
  • L’Ayguade

⊗ Site de l’Office de tourisme : www.hyeres-tourisme.com

PORQUEROLLES

Au sud de la côte méridionale, cette île est une escale en forme de petit paradis pour le voilier.

⊗ Site de l’Office de tourisme : www.porquerolles.com

BANDOL

Si Bandol s’est taillée une solide réputation internationale avec ses vins, son port a gagné ses galons auprès des gens de mer grâce à la qualité de ses infrastructures : l500 anneaux à l’année et 70 mouillages passagers. De Mistinguette à Brecht en passant par de nombreux champions sportifs, ils ont tous humé ses embruns. Sa vocation de port de pêche perdure grâce à l’assiduité d’une quinzaine de patrons pêcheurs. Le temps d’une escale, on pourra parcourir la célèbre promenade, rendre visite aux îliens de Bendor ou faire honneur aux bonnes tables bandolaises.

⊗ Site de l’Office de tourisme : www.bandoltourisme.fr

Mais aussi…

Escales dans les Bouches-du-Rhône

MARTIGUES

Comme le veut son surnom de Venise Provençale, Martigues est plus qu’un port, une véritable cité lacustre où des centaines de bateaux glissent sur les eaux changeantes de la lagune. Plaisanciers, amateurs de régate ou de pêche au gros se mêlent aux pêcheurs professionnels, maîtres de la cité. Il faut aller voir leurs navires sur les quais centraux où ils déposent filets et caisses de poissons. En été, des guinguettes à ciel ouvert permettent de savourer sardinades et mouclades.

  • Port de Ferrières

⊗ Site de l’Office de tourisme : www.martigues-tourisme.com

MARSEILLE

Le port de Marseille fut le berceau de la cité, fondé par les grecs six siècles avant notre ère. Le Vieux-Port constitue l’axe à partir duquel s’est organisé toute la ville : elle se déploie sur la rive nord, avant de se développer sur la rive sud, dite la “Rive Neuve”, quelques siècles plus tard. Au milieu du XIXème siècle, le quai Napoléon aujourd’hui quai des Belges est élargit, passant de 12 à 45 mètres. Mais le Vieux-Port, cœur de l’activité marchande de Marseille pendant 25 siècles, commence à être dépossédé de son caractère stratégique par les bassins de la Joliette, creusé à quelques kilomètres et qui concentrent le gros de l’activité maritime. Et si aujourd’hui, sous le sobre ordonnancement de ses façades, il a perdu de sa morgue conquérante, il a conservé tout le charme d’un passé trépidant qui revit aux appels des poissonnières. Gardée par les forts de Saint-Jean et Saint-Nicolas, la vue de la passe du Vieux-Port des jardins du Pharo reste inoubliable.

  • Vieux-Port
  • Port de I’Estaque
  • Port du Frioul
  • Pointe-Rouge

⊗ Site de l’Office de tourisme : www.marseille-tourisme.com

MORGIOU

Lové au fond d’une crique, protégé par d’abruptes parois rocheuses, le petit port de Morgiou se cache dans les calanques marseillaises. Nichée dans un petit défilé, se dessinent les silhouettes de cabanons de pêcheurs, faits de bric et de broc. Une quiétude intime, que trouble à peine le claquement d’une voile au vent. Une petite merveille pour connaisseurs !

CASSIS

Le petit port provençal tel qu’on l’imagine, enserré par de hautes collines entre le Cap Canaille et les pinèdes du Bestouan, reposant, tranquille, au creux d’un vallon. Dédale de ruelles de la petite cité, terrasses colorées et animées du quai, paysages de forêts et de pics arides, les pieds dans l’eau, Cassis est une des plus belles escales de la côte à accoster par la mer ou en venant de l’intérieur.

  • Port-Miou

⊗ Site de l’Office de tourisme : ot-cassis.com

Mais aussi…