La Cité Radieuse de Le Corbusier

La grande guerre se termine, il faut reconstruire. Des architectes comme Le Corbusier et son élève Pouillon, donnent à la région une physionomie contemporaine.

Surnommée familièrement par les marseillais « La Maison du fada » (fada signifiant familièrement « fou »), la Cité radieuse, connue et célébrée par tous les amateurs d’architecture de par le monde, a été édifiée à Marseille, entre 1947 et 1952 par Le Corbusier.

Sortie de la Seconde Guerre mondiale, la France a besoin de se reconstruire. à cette époque le manque de logements sociaux est alors un problème auquel il faut apporter rapidement une solution. C’est dans ce contexte que l’état français passe commande à Le Corbusier.

Bâtie sous forme de barre sur pilotis (en forme de piètements évasés à l’aspect brutaliste) l’ensemble tente de concrétiser une nouvelle forme de cité, un « village vertical » appelé « Unité d’habitation ». Elle compte 337 appartements de 23 types différents séparés par des « rues intérieures » (l’appartement « type » est en duplex).

La Cité radieuse de Marseille est conçue sur le principe du Modulor, système de mesures lié à la morphologie humaine basé sur le nombre d’or et la suite de « Fibonacci », calculé par le quotient de sa taille (1m83) par la hauteur de son nombril (1m13) qui de 1,619, soit le nombre d’or au millième près. Celui-ci est d’ailleurs illustré par une empreinte sur le béton à la base de l’immeuble ainsi que sur un petit vitrail. Cinq unités d’habitation ont été réalisées sur les mêmes plans, quatre en France et une en Allemagne à Berlin. En 2013, le toit-terrasse est reconverti en lieu d’exposition par le designer français Ora-ïto qui y installe une fondation artistique le MaMo (Marseille Modulor). De là, le regard embrasse le territoire Marseille-Provence à 360°.

Architecte, urbaniste, designer, peintre et écrivain, Charles-Edouard Jeanneret-Gris, dit Le Corbusier, (1887-1965), d’origine suisse, formule les « cinq points » d’une architecture nouvelle : pilotis, toit-jardin, plan libre, fenêtre en longueur et façade libre. Pour lui, l’unité parfaite d’habitation est le « cabanon », il en offre un à sa femme, à Roquebrune-Cap-Martin sur la Côte d’Azur. En janvier 2015, la France dépose au nom de 7 états, la candidature de l’œuvre architecturale de Le Corbusier auprès de l’UNESCO, au titre de Patrimoine Mondial de l’Humanité.

En savoir plus :
fondationlecorbusier.fr & mamo.fr