La cigale

Une déesse porte bonheur

Comme l’odeur de la lavande et du mimosa, comme l’ombre des pins et des oliviers, comme les reflets du soleil sur la mer, la cigale est l’un des symboles les plus forts du Midi. La Fontaine la tenait pour une paresseuse, les méditerranéens pour une déesse !

De fin juin à mi-septembre, son chant célèbre l’été, la chaleur, la douceur de vivre et le bien-être des hommes. Depuis un siècle, sa présence dans l’encoignure d’une porte d’entrée ou sur le mur d’une terrasse en a fait le porte-bonheur de la maison.

C’est en 1885 que le faïencier aubagnais Louis Sicard crée la fameuse cigale, si souvent copiée depuis, et généralement fort mal. Une cigale toujours fabriquée dans les mêmes ateliers et avec le même soin jaloux par Raymond Amy, puis sa fille Florence, proche de la famille et héritier de la tradition. Cette année là, le directeur des Tuileries de Marseille demande à Louis Sicard de concevoir un cadeau d’entreprise pour ses clients. Il crée un insecte en céramique, perché sur une branche d’olivier – selon la légende – ou de jujubier, ce qui est plus vraisemblable. Sur la branche, quelques mots de Frédéric Mistral : « Lou souleù mi fa canta » (le soleil me fait chanter). Et comme ça marche, y compris aux Tuileries de Marseille, Sicard en commence alors la fabrication.

Petit à petit, le génial faïencier décline son insecte en l’accrochant sur une multitude d’objets qui sortent de ses ateliers. La mode étant aux vases muraux, il crée un vase-cigale qui aura beaucoup de succès. Jusqu’en 1960, la production des cigales en faïence se poursuit à un rythme croissant, puis l’objet passe de mode. L’engouement reviendra avec les années 90.

⊕ Faïencerie Louis Sicard : www.lesdeuxprovencales.com

Minuscule est une série d’animation 3D dans des décors naturels ainsi qu’un film tourné dans les parcs des Écrins et du Mercantour. www.minuscule.tv

La légende des cigales

Des anges descendent du ciel et arrivent en Provence en plein été sous une chaleur torride. Ils sont étonnés de voir des champs à l’abandon et de ne rencontrer âme qui vive. Ils se rendent alors chez le curé et le trouve en train de faire la sieste. Ils le réveillent et lui demande pourquoi tout est à l’abandon. Le curé explique qu’il fait si chaud que les habitants ne peuvent travailler en plein champs durant la journée et qu’ils dorment à l’ombre quand le soleil tape. Les anges remontent au ciel et font part à Dieu de cet état des choses, ce dernier envoie une bête aux ailes dorées qui quand il fait chaud chante à tue-tête afin d’empêcher les paysans de s’assoupir au lieu de travailler !