L’abbaye de Silvacane

Au bord de la Durance, une abbaye cistercienne

Avec ses « sœurs », Le Thoronet et Sénanque, Silvacane est l’une des trois abbayes cisterciennes de Provence. C’est vers 1144 que des moines venus de Morimond s’installent au bord de la Durance, dans un site désolé et marécageux, qui donne son nom au monastère – Silva cana : forêt de roseaux – Guillaume de la Roque et Raymond des Baux cèdent les premières terres, puis les familles seigneuriales des environs multiplient les donations. En 1175, Bertrand des Baux entreprend la construction de l’église où il sera enterré. Le 12e et le 13e siècle marquent l’épanouissement spirituel et économique de l’abbaye, qui fonde à son tour, en 1188, l’abbaye de Valsainte.

Le déclin s’amorce à la fin du 13e siècle. Après le conflit, resté célèbre, avec l’abbaye de Montmajour, les discordes civiles, les catastrophes naturelles, la guerre de Cent Ans et le déclin général de l’ordre n’épargnent pas Silvacane. Annexée au chapitre cathédrale d’Aix-en-Provence vers 1443, son histoire va se réduire à celle d’une indépendance.

Devenu bien national à la Révolution, elle est transformée en exploitation agricole. L’église est achetée par l’État en 1845 et restaurée par Revoil, puis Formigé, architectes des monuments historiques. L’ensemble est acquis par l’État en 1945. Des fouilles récentes ont permis de retrouver l’emplacement des bâtiments annexes. L’abbaye de Silvacane est ouverte à la visite par la Caisse nationale des monuments historiques et des sites. L’abbaye bénéficie d’importants travaux de restauration qui lui permettent de se hisser aujourd’hui au niveau de ses « sœurs » (restauration du dortoir achevée en 1997, chantier du réfectoire et aménagement des abords).

Contact

Abbaye de Silvacane
RD 561
13640 La Roque-d’Anthéron
www.abbaye-silvacane.com

Laisser un commentaire